• Accueil / Salesforce / Une approche déclarative…
, Une approche déclarative d&rsquo;abord avec Madeleine Coutanceau<span class="wtr-time-wrap after-title"><span class="wtr-time-number">28</span> minutes de lecture</span>

Une approche déclarative d’abord avec Madeleine Coutanceau28 minutes de lecture


Cette semaine sur le podcast Salesforce Admins, nous parlons à Madeleine Coutanceau, Global Head of Systems & Processes et Salesforce Administrator chez simPRO Software. Nous apprenons comment son entreprise a adopté une approche déclarative pour la mise en œuvre de Salesforce mur à mur.

Rejoignez-nous pour discuter de tous les rôles des administrateurs dans une entreprise, de l’importance d’avoir des champions clés dans votre organisation et de la raison pour laquelle il est si important d’aligner ce que vous faites dans Salesforce avec vos objectifs organisationnels.

Vous devriez souscrire pour l’épisode complet, mais voici quelques points à retenir de notre conversation avec Madeleine Coutanceau.

Pourquoi il est si important de participer pleinement à votre mise en œuvre

«J’ai toujours travaillé avec l’entreprise du côté des processus et je suis passé du côté des systèmes», dit Madeleine, «donc naturellement, je suis tombé dans le rôle d’administrateur système avec notre implémentation.» Chez simPRO, cela signifie qu’elle est en charge de chaque logiciel qui n’est pas le produit qu’ils développent. Cela signifie qu’ils exécutent des systèmes tels que CPQ, Chat, Pardot, Engage, Knowledge, Adobe Sign, ZINKT, Xactly, JIRA, etc.

Le secret de la gestion de tant de systèmes Salesforce différents est une excellente implémentation. «On nous a dit de tout abandonner et de faire partie de cette mise en œuvre, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7», explique Madeleine, alors ils ont été impliqués dans tout, de la formation à la rédaction des documents de procédure. Cela leur a vraiment donné l’expertise dont ils avaient besoin pour diriger et former des équipes à travers le monde.

Comment automatiser sans développeur

Lorsque l’entreprise de Madeleine a décidé d’adopter Salesforce, on lui a dit dès le départ qu’elle n’aurait pas de développeur avec qui travailler. «Nous développons des systèmes pour nos propres clients», ont-ils déclaré, «nous vous mettons sur Salesforce afin que nous puissions gérer cela en interne, sans disposer de ressources de développement qui prennent beaucoup de temps.» Cela signifiait qu’ils devaient tout construire avec un code minimal afin de ne pas avoir besoin d’aide supplémentaire, ils se sont donc appuyés sur Flows.

«J’ai l’impression que ma vie a changé au travail une fois que mes flux se sont mis en place pour moi dans Salesforce», dit Madeleine, «tout à coup, j’ai réalisé que j’avais tous ces processus que je pouvais simplement automatiser – je suis devenu un peu fou de Flow.» Ce processus ne s’est pas déroulé du jour au lendemain, car il impliquait beaucoup d’essais et d’erreurs et de vraiment creuser dans le vif du sujet pour comprendre les flux de fond en comble.

La magie des flux

Lorsque vous faites fonctionner Flows pour vous, cela peut sembler magique. Pour Madeleine, un grand défi consistait à retirer des utilisateurs de l’organisation pour une entreprise avec des bureaux non seulement en Australie, mais aussi en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ce processus impliquait auparavant de définir des alarmes pour le milieu de la nuit, mais elle était capable de le faire automatiquement sans écrire une seule ligne de code.

La communication des changements de processus peut toujours être délicate, en particulier dans une grande organisation avec une présence multinationale. Madeleine et son équipe ont résolu ce problème en mettant en place des groupes Chatter privés pour chaque pays, utilisés uniquement pour communiquer les changements de processus. Chaque fois qu’ils créent un nouvel utilisateur, ils se connectent simplement et s’abonnent aux canaux appropriés pour s’assurer qu’ils reçoivent les notifications dont ils ont besoin.

Social:

Transcription complète du spectacle

Mike: Bienvenue dans le podcast de l’administrateur Salesforce, où nous parlons de produit, de communauté et de carrière pour vous aider à devenir un administrateur formidable. Cette semaine, je parle avec Madeleine Coutanceau, responsable mondiale des systèmes et processus et administratrice Salesforce, de la façon dont son entreprise a adopté une première approche déclarée pour implémenter Salesforce mur à mur.
Dans cet épisode, Madelyn vous expliquera comment elle gère tant de systèmes, comment elle utilise le flux pour faciliter sa vie d’administrateur et les leçons qu’elle a apprises après avoir été administratrice pendant quatre ans. Alors, passons à Madelyn sur le pod.
Alors Madelyn, bienvenue sur le podcast.

Madeleine Couta…: Merci de m’avoir invité.

Mike: Commençons, j’adore parler de cette idée de le déclarer en premier, mais avant de plonger complètement dans cela, pourquoi ne pas commencer par ce que vous faites.

Madeleine Couta…: Bien sûr. Je suis donc le responsable mondial des systèmes et des processus chez simPro et je fais partie d’une équipe de deux administrateurs pour l’entreprise. Je travaille chez simPro depuis environ neuf ans maintenant dans quelques rôles différents, et c’est mon rôle le plus récent dans lequel j’occupe probablement environ cinq ans, six ans environ. J’ai toujours travaillé avec l’entreprise du côté des processus et je suis en quelque sorte passé du côté du système, donc naturellement, je suis tombé dans ce rôle d’administrateur système avec notre implémentation.

Mike: Wow. Donc, si je regarde à travers et que je vois votre titre de responsable des ventes, vous êtes également l’administrateur de Salesforce?

Madeleine Couta…: Responsable Systèmes-

Mike: Chef des systèmes.

Madeleine Couta…:… et les processus, pas les ventes.

Mike: Systèmes. Désolé, je vous ai mal compris.

Madeleine Couta…: Ouais.

Mike: Cela semble encore plus grand.

Madeleine Couta…: Donc, responsable des systèmes et processus.

Mike: D’accord. D’accord. Je suis toujours intéressé par les titres d’administrateur, d’accord, alors j’aime ça. Vous avez donc mentionné le chef des systèmes, quel type de produits et de systèmes utilisez-vous?

Madeleine Couta…: Je m’occupe donc des systèmes du côté de nos systèmes internes du côté opérationnel. Nous sommes donc une société de logiciels, il y a un gros côté de l’entreprise que je ne traite pas vraiment du côté des systèmes, c’est bien sûr nos développeurs et nos produits. Mais en ce qui concerne l’aspect opérationnel de nos entités opérationnelles dans les différents pays, je m’occupe de ces systèmes internes. Nous parlons donc de salesforce et de son genre d’écosystème connecté, nous utilisons donc beaucoup de produits Salesforce, allant de la vente, du service, du CPQ, du chat, du Pot-Ot, de l’engagement, de la connaissance. Et puis nous avons ces applications installées sur le système hôte ainsi que Adobe Sign, Zincked, Xactly, nous nous connectons avec Jira, Rollout Palpa, ce genre de chose. C’est donc une assez grande suite de systèmes dont je m’occupe essentiellement.

Mike: Je dirais. J’ai l’impression que lorsque je regarde la roue 360 ​​du client, vous coloriez tous nos produits.

Madeleine Couta…: Ouais, ouais.

Mike: Vous êtes sur le point de les collectionner tous, bon travail.

Madeleine Couta…: Ouais, je sens que je devrais avoir un prix à la fin, où vous les avez tous.

Mike: Oh oui, oui. Alors avec tout cela et tous les utilisateurs que vous avez sur de nombreux continents, comment construisez-vous et gérez-vous ce système robuste?

Madeleine Couta…: C’est délicat, mais je pense que nous avons vraiment eu une mise en œuvre vraiment fantastique. Et non seulement l’équipe qui a mis en œuvre pour nous s’est très bien débrouillée, mais je suppose que nous avons fait partie de ce voyage tout le temps. Donc, moi et mon autre administrateur, on nous a presque dit de tout abandonner et de faire partie de cette implémentation, et de le faire 24/7. Chaque jour, nous étions dans le projet, nous assurant que nous apprenions tout le système. Et puis à travers, nous nous sommes essentiellement assurés que nous avons fait toute la formation, nous avons rassemblé tous les documents de procédure, tout type d’apprentissage LMS que nous avons mis en place également, et essentiellement documenté l’ensemble du système au niveau de la formation et comment tout cela a été mis en place. .
Et parce que nous avons ces connaissances, elles se retrouvent dans ce type de soutien quotidien et dans la capacité à gérer différentes équipes à travers le monde. Nous faisons également partie d’une entreprise de logiciels, donc nos utilisateurs sont vraiment très doués pour adopter le changement. Nous prêchons cela à nos clients tous les jours, donc nous sommes vraiment doués pour changer, améliorer et contester les choses, et essayer d’améliorer les processus. Donc, non seulement j’ai d’excellents utilisateurs, mais aussi une équipe formidable pour gérer en quelque sorte ce processus.

Mike: Ouais, wow. Sensationnel. À l’heure actuelle, les administrateurs sont tous jaloux du fait que vous avez un groupe d’utilisateurs qui adhèrent au changement, comme: « Comment pouvons-nous les répartir dans le monde? »

Madeleine Couta…: Je pense que j’ai l’impression d’être gâtée pour être honnête.

Mike: Absolument. Donc, en tant qu’éditeur de logiciels, je suppose que vous étiez tout au sujet du code avec Salesforce?

Madeleine Couta…: Non, pas du tout. On m’a donc donné à peu près l’approche suivante: «Vous n’aurez pas de développeur, nous développons des systèmes pour nos propres clients. Nous vous mettons sur Salesforce afin que nous puissions gérer cela essentiellement en interne, sans avoir de ressources de développement qui prennent beaucoup de temps. Vous êtes des administrateurs. » Je ne connais pas le code, mon autre administrateur ne connaît pas le code. «Vous allez devoir vous assurer que vous pouvez l’administrer sans développeur», et c’est ce que nous avons pratiquement fait depuis le début.

Mike: Wow, donc mur à mur avec tous ces produits, et vous n’avez pas écrit une ligne de code.

Madeleine Couta…: Eh bien, nous avons peut-être un petit bout de code avec nos plans d’action, je pense.

Mike: Il y en a toujours un peu.

Madeleine Couta…: C’est un tout petit peu.

Mike: [crosstalk] eu un peu, non?

Madeleine Couta…: Ça me mord dans la pensée, ça me cause des problèmes. Ouais, je n’ai pas de ressource, donc j’ai pratiquement essayé de ne pas utiliser de code le plus possible.

Mike: Alors, je suppose que beaucoup de ce que vous faites est à travers des flux?

Madeleine Couta…: Oui. Je pense que mon … Cela semble un peu idiot, mais j’ai l’impression que ma vie a changé au travail une fois que mes flux se sont mis en place pour moi chez Salesforce. Et toutes ces choses que je voulais faire depuis quelques années, que je me disais: « Non, je ne peux pas automatiser, désolé », en disant pardon aux utilisateurs, « Je sais que c’est beaucoup de clics, je sachez que c’est un gros processus. Soudain, c’était comme: «Oh mon Dieu, j’ai tous ces processus que je pourrais simplement automatiser avec des flux», et c’était très excitant. Je suis un peu fou de flow, maintenant j’essaye juste de les ranger un peu.

Mike: Oui, je pense que le terme officiel est flownatic, c’est ce que j’ai entendu.

Madeleine Couta…: Oh, j’aime ça, j’aime ça.

Mike: Je suis donc sûr qu’il y a des t-shirts pour flownatic. Brian Kwong peut probablement… Il a un casting de sorcier, vous devriez faire partie de son casting de sorcier car il vous parlera d’être un flownatic. Je serais curieux de savoir, je veux plonger un peu plus profondément dans ce flux, car j’aimerais savoir ce que vous entendez par, quand les flux ont juste cliqué pour vous.

Madeleine Couta…: J’ai commencé à apprendre sur les flux avec la version classique, donc avant qu’ils apportent les améliorations fulgurantes et ont changé –

Mike: Oh, la version dure.

Madeleine Couta…: Ouais. J’ai donc trouvé qu’il était vraiment difficile de trouver beaucoup de documentation là-dessus, pour être honnête. J’ai dû regarder beaucoup de vidéos YouTube pour comprendre les variables, les éléments et tout ce genre de choses. Et ce n’était pas très bien présenté, et une grande partie du côté éclair des choses maintenant, ils créent toutes ces variables et enregistrent des variables pour vous et tout, ce qui est fantastique. Toutes les choses que je me disais, « Pourquoi ne fait-il pas ça? », Ça le fait maintenant, ce qui est génial. Mais je pense que parce que je suis une personne logique, il m’a fallu beaucoup de temps pour vraiment essayer d’essayer de tester le processus pour vraiment que toutes les pièces s’enchaînent pour moi.
J’ai vraiment du mal à apprendre quelque chose si je ne le comprends pas de toute évidence, mais je ne peux pas simplement copier quelque chose, je dois en quelque sorte comprendre tous les petits morceaux et le pourquoi. Et puis, une fois que j’ai fait suffisamment de recherches à ce sujet et que j’ai fait suffisamment de flux simples pour l’obtenir, tout s’est simplement mis en place. Il est allé littéralement, j’ai dit: «Ah, je comprends maintenant», puis j’ai pu créer tout un tas de flux, ce qui était incroyable. C’était donc principalement grâce à l’auto-apprentissage. Maintenant, il y a beaucoup plus de ressources, et il est beaucoup plus facile d’apprendre à utiliser les flux, et mon autre administrateur crée maintenant des flux, ce qui est fantastique.

Mike: Oui, je pense que le générateur de flux est vraiment un apprentissage par la pratique.

Madeleine Couta…: Ouais.

Mike: J’ai fait quelques-uns des modules de départ du sentier, et je me suis dit: «Je n’ai aucune idée de ce que c’était. Oh, c’est super. Oh, cela a du sens maintenant. Et c’est l’un de ceux où jusqu’à ce que vous le fassiez, le comprenez-vous vraiment, et vous devez presque simplement oublier ce que l’outil peut faire, pensez simplement à: «Qu’est-ce que j’essaie de résoudre, et qu’est-ce quelque chose que je n’ai jamais pu faire? Je pensais que c’était tellement fascinant que vous pouviez prendre des décisions, afficher des flux et des boucles, comme si vous pouviez jeter un œil pour voir si un disque existe. Et je me suis dit: «Oh mec, c’est tout ce que les administrateurs ont tant voulu à portée de main», et j’ai regardé tous ces déclencheurs de 400 lignes sur les problèmes de pile, comme: «D’accord, eh bien je dois trouver un façon de mettre cela dans mon travail.

Madeleine Couta…: Oui, ça donne vraiment l’impression que les possibilités sont, peut-être pas infinies, mais proches quand il s’agit de faire quelque chose sans code. Et juste ces petites choses où un utilisateur doit cliquer ou créer ces enregistrements qui se ressemblent vraiment, vraiment à chaque fois, et vous pourrez soudainement créer un flux pour pouvoir résoudre cela, ce qui se sent vraiment bien et les utilisateurs adorent vous pour cela aussi, et vous ressemblez à un magicien.

Mike: Je te le dis. Maintenant, je pense que beaucoup, et fidèle au mantra de l’administrateur, vous réfléchissez toujours à la façon dont vous pouvez améliorer les choses pour l’utilisateur. J’adorerais savoir, avez-vous utilisé le flow pour améliorer votre travail quotidien?

Madeleine Couta…: Oui. Oui, il y en a donc un qui ne m’a pas pris longtemps à créer, était probablement l’un des flux les plus rapides que j’ai créés, mais il a vraiment un impact sur moi et mon administrateur. Nous sommes donc situés en Australie à Brisbane, et notre siège social est ici et nous avons l’une des entreprises ici également, mais nous sommes également situés en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aux États-Unis et ces gars-là bien sûr sont sur un tout autre plan. fuseau horaire, ou vous êtes dans un fuseau horaire complètement différent de nous. Nous avons donc affaire à des utilisateurs du monde entier et nous ne sommes que des administrateurs en Australie. Donc, nous avions l’habitude de quand il y avait une résiliation ou quelque chose comme ça où nous devions geler un utilisateur, ou désactiver un utilisateur, parfois ce serait un appel de réveil à 3h00 ou 5h00 le samedi matin pour mettre une alarme-

Mike: Oh non.

Madeleine Couta…:… nous aurions un chat, ou vous définiriez une alarme pour vous réveiller rapidement, les yeux troubles, ouvrir l’application d’administration de votre téléphone portable et la figer, puis vous rendormir. Ce n’est pas amusant. J’ai donc créé un flux, que je pousse à partir de mes cas d’administration Salesforce, qui me permet essentiellement d’attribuer un utilisateur à un cas, puis utilise cet utilisateur pour réserver une heure et une date pour les figer, et c’est génial. J’utilise donc un élément de pause, puis je crée essentiellement un flux d’écran. J’ai deux flux, un flux d’écran qui me permet essentiellement de saisir les détails, l’utilisateur, l’heure, la date, je soumets cela, puis il passe à un deuxième flux qui fait une pause et attend jusqu’à cette date, et puis les gèle.

Mike: Oh.

Madeleine Couta…: C’est génial.

Mike: C’est tout simplement merveilleux à tout moment. Et en parlant comme quelqu’un que j’ai eu une fois, je pense que quelques semaines d’appels de mêlée, où je devais être à 4h00 ou 5h00 du matin, j’ai en fait amené, au moment où je travaillais au bureau, j’ai en fait a apporté une cafetière dans mon bureau, parce que je me disais: «Je ne veux pas avoir à… Je veux dormir le maximum de temps à la maison, me lever, venir au bureau et ne pas perdre de temps à faire du café à ma maison. Et je peux le faire pendant l’appel.

Madeleine Couta…: Toute façon de gagner du temps.

Mike: N’importe quelle façon de gagner du temps, oui. Et voilà, j’aurais dû avoir du flux. Donc, l’une des choses dont vous avez parlé dès le début est de déployer les choses et d’être déclarées, j’aimerais beaucoup parler de la façon dont vous abordez la documentation.

Madeleine Couta…: Oui, bien sûr.

Mike:… et comment vous apportez ces changements à vos utilisateurs toujours heureux, toujours ouverts au changement.

Madeleine Couta…: D’accord. D’accord, peut-être que je les ai mis trop sous un bon jour. Non, non, non, ils sont super.

Mike: Ils vont tous écouter ceci et dire: « Nous n’allons plus faire aucune des choses qu’elle envoie à partir de maintenant. »

Madeleine Couta…: Ils vont être horribles.

Mike: C’est vrai.

Madeleine Couta…: Du genre: « Oh, nous sommes trop faciles, défions-les davantage. »

Mike: Les bras croisés, « Oh, j’ai besoin de 10 cases à cocher. »

Madeleine Couta…: Non, plus de cases à cocher. D’accord, donc documentation. Nous traitons notre documentation à l’aide de Docs, mais nous la publions également via Salesforce à l’aide de Fichiers dans la bibliothèque. Nous avons donc mis en place une bibliothèque pour chacune des différentes équipes, nous avons également des bibliothèques générales. Nous les partageons avec les équipes, puis nous téléchargeons de nouvelles versions en fonction des changements. Nous gérons également certains de nos projets via un petit outil de gestion de projet en parallèle, en dehors de Salesforce également, en utilisant Asana. J’aime vraiment Asana. Et la gestion de différentes balises, la manière dont différentes parties du système et un tas de projets différents et de petits changements se produisent, et nous nous assurons simplement de mettre à jour tout le document de procédure qui s’y rapporte. Si nous avons des modèles d’e-mails, nous réalisons que nous devons également changer tout cela.
Et puis ce que nous faisons, c’est télécharger les nouvelles versions et nous avons un groupe de discussion sur lequel nous publions ensuite les modifications. Nous avons donc un groupe de discussion des mises à jour de Salesforce, qui ressemble à une diffusion uniquement, puis nous avons des groupes de discussion privés pour toutes nos équipes dans chaque pays. Cela fonctionne donc très bien pour nous, et je suis heureux que nous ayons résolu le problème. Mais essentiellement, et je le recommande vivement à tout administrateur qui souhaite utiliser le chat pour appliquer des modifications, nous créons un groupe de discussion pour chaque équipe, alors disons AU Sales, ou U.S. Sales, U.K. Training, and New Zealand Training. Nous avions Cradle ces groupes de discussion privés, puis nous avons tous les utilisateurs qui se rapportent à ce groupe dans lesquels nous les ajoutons. Et chaque fois que nous créons un nouvel utilisateur, nous nous connectons en tant que lui et nous les abonnons à chaque message.
Cela garantit qu’ils reçoivent des notifications. Et comme ils sont privés, nous n’utilisons ce type de diffusion que pour les diffusions. Ils ne l’utilisent pas pour communiquer au sein de leurs équipes. C’est vraiment juste pour nous en tant qu’administrateurs de dire: « Hé, passez au changement, nous avons de nouveaux champs, ou nous avons un processus légèrement différent en cours ici. » Nous passons en revue tous les changements, nous lions notre document de fichiers pour la nouvelle procédure, puis nous ajoutons-mentionnons les équipes qui sont pertinentes. Et puis, ils reçoivent tous une notification par e-mail, puis ils peuvent voir ce changement se concrétiser. Et cela garantit que tout le monde le voit, que personne ne nous manque et que cela fonctionne très bien.

Mike: Alors, comment trouver le temps de créer toute cette documentation, car c’est la question à laquelle je pense que Markle n’a que les habitudes essentielles que nous adoptons le vendredi, et vous pouvez la regarder sur Trailhead Live.

Madeleine Couta…: Ouais.

Mike: Et nous parlons de documenter, non? Par exemple, lorsque vous apportez des modifications à votre organisation, documentez-la afin que vous sachiez que vous avez effectué la modification et que vos utilisateurs aient un aperçu de ce qu’est ce champ et de ce que fait ce champ. Et forcément, et je suis pareil, c’est comme manger votre brocoli.

Madeleine Couta…: Ouais.

Mike: Vous êtes comme, vous voulez juste faire avancer le changement, « Oh, maintenant je dois écrire comment nous l’avons fait. » Comment quantifiez-vous cela ou comment l’intégrer dans votre journée?

Madeleine Couta…: Pour être honnête, je ne suis probablement pas très bonne dans ce domaine. Donc pas tous… je veux dire, quand il s’agit de changement de procédure et de changement de processus pour les utilisateurs, nous sommes vraiment très bons pour documenter cela, mais quand il s’agit de modifications mineures ou de changements dans notre organisation pour notre propre documentation Salesforce, je dois dire que c’est une mouture. C’est vraiment difficile à faire. J’essaie de réserver du temps chaque semaine pour m’assurer que nous y parviendrons, mais je sais que je suis bien en retard. Je pense donc que j’ai le même problème que probablement tous les administrateurs, y compris vous-même.

Mike: Oui, absolument. Et je pense que juste parce que la quantité de… Eh bien, pour moi, c’était la vitesse, comme la possibilité d’aller dans un bac à sable, de faire un changement, vous vous dites: « Oh cool, c’est ce que tu veux? » « Oui. » D’accord, puis poussez la production et tout le monde est content, non?

Madeleine Couta…: Ouais.

Mike: On a parfois l’impression qu’être administrateur, c’est comme travailler dans une salle d’urgence, –

Madeleine Couta…: Oui. Faites-le.

Mike: … comme vous voulez tout trier, réparer et faire, et cela doit être un peu plus méthodique comme construire une maison, vous devez avoir des plans et des plans, et …

Madeleine Couta…: Oui. Et je pense que, étant membre d’une petite équipe et ayant cette approche très agile, je n’ai probablement pas assez d’expérience de cette manière plus méthodique, mais j’ai probablement juste besoin de découvrir quelle est la meilleure façon de le faire et d’être un peu plus… penser mieux à ce que je fais dans mon organisation pour ensuite documenter cela. Mais je veux dire, j’essaie de le faire autant que possible, mais vous avez raison: « Voici un problème, oh, je dois trouver une solution. » Et j’adore proposer une solution, car j’aime résoudre ces problèmes. Mais à mesure que tout prend de l’ampleur, vous devez absolument vous assurer que vous faites ce qu’il y a de mieux pour votre organisation dans son ensemble.

Mike: Oui, absolument. Je serais donc ravi de conclure, vous êtes dans la communauté Salesforce depuis un certain temps, vous avez fait un voyage, vous avez un CV incroyable. Je veux dire, vous gérez beaucoup de systèmes. Il semble que vous ayez une base d’utilisateurs réceptive, que vous rédigez de la documentation, du moins aussi bien que nous le pouvons, mais quels conseils donneriez-vous aux administrateurs qui commencent peut-être à un nouveau poste ou qui entrent dans une organisation, en fonction de votre expérience?

Madeleine Couta…: Eh bien, si vous êtes affecté en tant qu’administrateur à une implémentation, je veillerai certainement à ce que vous vous impliquiez autant que possible dans cette implémentation. J’ai trouvé que savoir exactement comment les choses sont configurées est vraiment crucial pour bien comprendre comment l’organisation est créée. Je veux dire, je n’ai participé qu’à une seule mise en œuvre Salesforce, et je n’ai fait partie que de l’organisation Salesforce, donc je ne sais que par mon expérience, n’est-ce pas? Mais si vous vous lancez dans une entreprise qui dispose déjà d’une force de vente, je veux dire, vous espérez que cela a été bien documenté, mais je suppose que c’est probablement un luxe avec de nombreuses implémentations. Mais je pense juste faire le point sur ce que vous avez, voir comment l’entreprise fonctionne.
J’ai découvert que grâce à mon expérience avec l’introduction de la force de vente dans notre entreprise, avant de le faire, j’étais en fait … J’ai examiné tous les processus commerciaux du côté opérationnel, donc j’étais vraiment très proche de la façon dont les choses se déroulaient. Et j’ai trouvé cela vraiment utile pour vraiment comprendre nos utilisateurs et pour comprendre le processus de bout en bout. Donc, si vous savez quels sont les objectifs, comment y arriver et ce que vous essayez d’atteindre, vous pouvez vraiment resserrer les étapes pour y arriver et la façon dont votre organisation est utilisée pour y arriver également, et juste rendre les choses un peu plus efficaces.
Donc, je pense qu’avant de vous plonger dans le fonctionnement de Salesforce, quelle est l’entreprise, quels sont vos objectifs, ce que vous essayez d’atteindre, comment fonctionne chaque équipe, c’est vraiment important, cet aspect de la construction de base pour comprendre: « D’accord, Alors maintenant, comment Salesforce va-t-il y parvenir, que fait-il maintenant, et comment puis-je l’améliorer? » Parce que constamment, au jour le jour, mon travail n’est pas seulement de mettre en œuvre de nouveaux processus, de nouveaux produits, de nouvelles équipes, mais je regarde constamment: «Hé les gars, que faites-vous? Aimez-vous ce que vous faites? » Les utilisateurs continueront simplement de faire quelque chose parfois sans même s’en plaindre ou sans se rendre compte que ce qu’ils font est en fait inefficace. Alors, comment ça se passe, comment utilisez-vous le logiciel, et ensuite vraiment comprendre que pour resserrer le processus, je pense que c’est super important, et je le fais au jour le jour aussi, ainsi que soutien et tout cela.

Mike: Ouais.

Madeleine Couta…: C’est un rôle stimulant en constante évolution, mais c’est très, très intéressant je dois dire. Être administrateur Salesforce n’est jamais ennuyeux.

Mike: Je suis d’accord, et je pense aussi que c’est vraiment, je ne veux pas dire amusant, mais ce qui m’excite le plus, c’est un travail où tu ne sais pas à quoi ressemblera demain, mais toi êtes convaincu que vous avez les compétences nécessaires. Et si ce n’est pas le cas, c’est un nouveau défi, non, et c’est quelque chose à essayer et vous vous appuyez toujours sur ce que vous avez fait. J’ai l’impression, même lorsque j’ai travaillé très dur sur les déploiements de Sales Cloud, « D’accord, maintenant nous faisons Service Cloud. » « Oh mon Dieu, je ne connais pas Service Cloud, » « D’accord, mais vous connaissez les principes de base et vous avez fait Sales Cloud, n’est-ce pas? » Et donc ce n’est pas comme si vous repartiez de zéro avec une nouvelle aventure, non? C’est presque comme-

Madeleine Couta…: Totalement.

Mike: C’est comme avoir un nouvel emploi modifié chaque jour. Et puis le processus métier change, et vous vous dites: « Ok, cool. Eh bien, voici tout ce que j’ai appris de la dernière fois que j’ai créé cette application, et maintenant je peux transférer cette expérience et cette leçon dans la prochaine application que je construis, donc je suis ravi.  » C’est ce que j’ai adoré.

Madeleine Couta…: Ouais, ouais. Et il présente toujours de nouveaux défis chaque jour, et c’est vraiment bien et vous garde sur vos orteils à coup sûr.

Mike: Absolument. Madeleine, je tiens à vous remercier d’avoir pris le temps de nous rejoindre, et il semble certain que vous allez être occupé aujourd’hui, quel que soit le jour avec tous ces utilisateurs, et surtout lorsque le podcast sera mis en ligne, ils ‘ Je découvrirai à quel point ils sont incroyablement exceptionnels.

Madeleine Couta…: Ils le sont, ils le sont vraiment.

Mike: Parcourez-les, et peut-être que nous les ferons tous accéder au podcast et donner des conseils aux autres administrateurs de Salesforce sur leur réceptivité au changement.

Madeleine Couta…: Ouais. Et je pense que le fait d’avoir ces personnes clés de champions de la force de vente au sein de chaque équipe aide vraiment, vraiment cela aussi, car sans eux et sans que les gestionnaires ne transmettent toutes ces informations à leurs utilisateurs, ce serait juste le chaos, je pense. C’est donc important pour nous aussi, d’autant plus que nous sommes une si petite équipe. Alors oui, ils sont super.

Mike: Oui, absolument. Ouais. Faire entendre la voix de vos utilisateurs tous les jours jusqu’à l’administrateur est essentiel, tellement fabuleux. Eh bien, c’était super amusant de discuter avec vous, je suis tellement content que nous ayons eu… Et il semble que probablement dans un an, nous aurons 10 fois plus de choses à raconter.

Madeleine Couta…: Espérons.

Mike: Et nous vous retrouverons sur le podcast.

Madeleine Couta…: Ce serait incroyable.

Mike: C’était donc génial d’avoir Madeleine sur le podcast. Trois choses que j’ai apprises au cours de notre discussion, tout d’abord, vous savez quoi, les administrateurs Salesforce ont des titres différents. Est-ce cool qu’elle soit la responsable mondiale des systèmes et des processus? J’aime cela. Deuxièmement, elle a mentionné que les champions clés sont très utiles car ils déploient différentes fonctionnalités et fonctionnalités, et je pense que c’est également très important. En fait, dans les notes de l’émission, je vais faire un lien vers un article de blog que j’ai rédigé sur la formation de vos défenseurs internes. Et puis trois, et bon sang est-ce que nous apportons cela à la maison dans beaucoup de nos présentations, j’adore la façon dont Madeleine a souligné l’alignement des objectifs de la force de vente sur les objectifs de l’organisation. C’était un facteur clé dans toutes les choses réussies qu’ils ont déployées dans cette organisation, et je pense simplement que c’est super, super important pour chaque administrateur de le faire.
Donc, si vous souhaitez en savoir plus sur tout ce qui concerne les administrateurs de Salesforce, accédez à admin.salesforce.com pour trouver plus de ressources. Vous pouvez rester à jour avec nous sur les réseaux sociaux pour tout ce qui concerne les administrateurs, nous sommes @salesforceadmns, non moi, sur Twitter. Vous pouvez retrouver notre invitée, Madeleine sur Twitter @mcoutanceau, je mettrai un lien dans les notes de l’émission pour vous. Bien sûr, je suis sur Twitter @mikegerholdt et Gillian, qui héberge également le podcast, est également sur Twitter @gilliankbruce.
Donc, restez en sécurité, restez génial et assurez-vous de rester à l’écoute du prochain épisode du podcast Salesforce Admins. Nous vous verrons dans le cloud.



Source de l’article traduit automatiquement en Français

Besoin d'aide ?
Voulez-vous utiliser Pardot à sa capacité maximale et avoir
+ DE LEADS QUALIFIÉS

Notre analyse de votre Pardot offerte dès aujourd'hui
Merci, vous pouvez compléter notre questionnaire
Nous allons revenir vers vous rapidement !

Fermer