Les anciens apprentis et leur fidélité envers leur entreprise de formation : une étude approfondie

Les anciens apprentis et leur fidélité envers leur entreprise de formation : une étude approfondie

Deux études récentes du ministère du Travail se penchent sur le devenir des jeunes ayant suivi une formation en alternance, qu’ils aient obtenu leur diplôme ou non. Ces études concernent les jeunes de niveau CAP à BTS et examinent ce qu’ils deviennent l’année suivant l’obtention de leur diplôme. Il ressort de ces études que 27 % des sortants d’apprentissage travaillaient chez le même employeur six mois après la fin de leur formation, tandis que 40 % travaillaient pour un autre employeur. Les auteurs précisent que l’embauche par le même employeur est plus fréquente dans le domaine de la production que dans celui des services.

Manque de travailleurs

Dans certaines spécialités comme le génie civil et la construction, un tiers des jeunes ne changent pas de patron. En revanche, dans le secteur de l’énergie chimie et métallurgie, 40 % des jeunes continuent avec le même employeur. Dans d’autres domaines tels que l’hôtellerie, la restauration et le tourisme, les employeurs gardent seulement un alternant formé sur cinq.

Une étude récente a examiné ce que sont devenus les jeunes ayant terminé leur formation en 2021. Il est apparu que 44 % d’entre eux travaillaient dans une branche similaire à celle où ils avaient effectué leur alternance. De plus, les deux tiers étaient employés par le même employeur ou dans une branche proche. Seulement 16 % ont trouvé un emploi dans une autre branche tandis que 7 % travaillaient sans être couverts par une convention collective.

L’étude souligne que l’insertion professionnelle se fait principalement dans la même branche où l’apprentissage a eu lieu ou dans une branche similaire. De plus, cette insertion est encore plus courante pour ceux qui possèdent un diplôme professionnel.

Le recours au travail temporaire

La correspondance entre la formation et l’emploi varie après six mois, selon le domaine choisi. Par exemple, le taux d’emploi dans les pharmacies est de 75 % tandis que celui dans le bâtiment est de 48 % et dans le commerce alimentaire, il descend à 37 %. Le travail temporaire complique parfois cette correspondance, surtout dans la métallurgie où il est fréquent. Cela explique en partie pourquoi seulement 38 % des personnes trouvent un emploi directement lié à ce secteur. Il faut aussi prendre en compte si le métier exercé est transverse ou non pour évaluer l’intensité du lien avec la branche professionnelle.

Orientation scolaire : trouver sa voie

Après douze mois, on constate que les anciens apprentis ont une certaine mobilité professionnelle. Certains changent de branche sans forcément exercer un métier différent de celui pour lequel ils ont été formés. Cela pourrait traduire des difficultés d’insertion dans leur domaine initial ou bien le désir d’exercer une autre profession.

En fin de compte, cela soulève la question cruciale de l’orientation des jeunes et de la possibilité pour eux d’explorer différents métiers avant de s’engager.

Les anciens apprentis et leur fidélité envers leur entreprise de formation : une étude approfondie

Autrice passionnée du monde entrepreneurial, mes articles offrent un regard perspicace sur les tendances et conseils clés pour guider les dirigeants vers le succès.